Biocapteurs de glucose imprimés en 3D pour les dispositifs portables

Pour des millions de diabétiques qui doivent surveiller leur taux de glucose, la piqûre au doigt est une opération quotidienne désagréable mais nécessaire, d’autant plus que les systèmes de surveillance alternatifs ont souvent un coût prohibitif. Les imprimantes 3D se sont développées.

Selon WSU News, une équipe de recherche de l’école d’ingénierie mécanique et des matériaux de l’université de l’État de Washington a mis au point un biocapteur de glucose imprimé en 3D destiné à être utilisé dans des dispositifs portables. La revue Chimica Acta a publié leurs résultats.

Les tentatives précédentes de la communauté des chercheurs pour construire des appareils électroniques souples et portables capables de surveiller les niveaux de glucose dans la sueur et d’autres fluides corporels n’ont pas abouti en raison des méthodes de fabrication traditionnelles qui augmentent le coût de production, impliquent l’utilisation de produits chimiques dangereux et créent un excès de déchets.

L’équipe de l’université d’État de Washington, dirigée par les professeurs Arda Gozen et Yuehe Lin, a opté pour l’écriture directe à l’encre (EDI), une méthode de fabrication plus stable et plus rentable :

« Les chercheurs ont imprimé un matériau nanométrique conducteur d’électricité pour créer des électrodes flexibles. La technique de l’équipe de WSU permet une application précise du matériau, ce qui donne une surface uniforme et moins de défauts, ce qui augmente la sensibilité du capteur. Les chercheurs ont constaté que leurs capteurs imprimés en 3D captaient mieux les signaux de glucose que les électrodes produites de manière traditionnelle. »

"Notre capteur de glucose imprimé en 3D sera utilisé comme capteur portable pour remplacer la piqûre douloureuse du doigt.  Comme il s'agit d'une technique non invasive et sans aiguille pour la surveillance du glucose, elle sera plus facile pour la surveillance du glucose chez les enfants."

L’approche de l’impression 3D permet également de concevoir des biocapteurs sur mesure pour chaque patient. En outre, la nature exacte de l’impression 3D réduit les déchets dans le processus de fabrication, ce qui pourrait conduire à des capteurs plus abordables, selon Gozen.

« Notre capteur de glucose imprimé en 3D sera utilisé comme capteur portable pour remplacer la douloureuse piqûre au doigt. Comme il s’agit d’une technique non invasive et sans aiguille pour la surveillance du glucose, elle sera plus facile pour la surveillance du glucose chez les enfants », a déclaré Lin.

L’équipe développe actuellement un système intégré à ces capteurs qui sera utilisé dans des dispositifs portables pour la surveillance à long terme du glucose.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :